Made in France : le parcours du combattant

made-in-france-le-parcours-du-combattant

Ethniquement parlant le Made in France est chouette, ambitieux et bourré de valeurs mais est-il accessible à tous ?

Le mur du Made in France

Il y’a beaucoup de choses à dire de ce côté là. Naïvement avec mes copains bisounours, je pensais que cette indication affirmait une fabrication 100% française. Comme je me trompais. D’après les douanes, un produit n’est français que si 45% de sa valeur ajoutée a été produite en France. Ca c’est la première chose. La deuxième, et je vais rien vous apprendre, c’est qu’une fabrication 100% française coûte très chère. Autant vous dire qu’à mon échelle pour le moment je ne peux pas faire plus. La troisième chose, c’est que selon le secteur d’activité il est parfois impossible d’appliquer cette notion.  Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Episode 5 : La fin de la sériciculture en France

La-fin-de-la-sériciculture-en-france

Lire ou relire les épisodes précédents

Episode 5 : La fin de la sériciculture en France

Il fut une époque où la sériciculture était pratiqué en France. Beaucoup de mûriers arboraient nos paysages. Puis, une bactérie commença à pointer le bout de son nez et ravagea la plupart des mûriers. En 1854, la production chuta brutalement de 50%. Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Episode 4 : La révolte des Canuts

LA-révolte-des-canuts

Lire ou relire les épisodes précédents

Episode 4 : La révolte des Canuts

En 1831, l’arrivée du métier à tisser Jacquard causa beaucoup de tords aux canuts qui travaillèrent de chez eux pour le compte des soyeux. Une révolution industrielle accompagnée d’une révolte sociale se mirent peu à peu en place. Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Episode 3 : Lyon, La Grande Fabrique

Illustration de la ville de Lyon au XVII ème siècle.

Lire ou relire les épisodes précédents

Episode 3 : Lyon, La Grande Fabrique

Une véritable industrie de tissage s’organisa en Italie et la haute bourgeoisie française compta parmi les clients les plus fidèles. Déjà sensible à la mode, cette dernière réclama aux artisans italiens des étoffes de soie plus légères et moins coûteuses. Mais les soieries italiennes n’arrivèrent pas à répondre aux nouvelles exigences vestimentaires qui leur étaient imposées et semblèrent plus à l’aise dans l’ameublement. Louis XI voulu donc récupérer cette partie de la production à Lyon, de part sa proximité avec l’Italie. Ce fut un échec notoire et la production de soie démarra finalement à Tours de manière marginale. Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !